LE SOLEIL APPELLE LE SOLEIL

LE SOLEIL APPELLE LE SOLEIL

L'autre, vous.

 

Tant que vous ne vivez pas l'Un, vous ne pouvez rentrer en fonction. Tous les stages proposés par certains frères et soeurs vous invitent à vous retrouver. L'Osmose, elle se vit naturellement. Tant qu'elle ne prend pas toute la place dans votre vie, c'est qu'il existe encore des distances. 

 

Maintenant, une fois que vous vivez concrètement et réellement l'Un, dans toutes vos cellules et donc REALISES dans la chair, vous êtes disponibles pour les autres fragments de vous-même, ici-même sur ce monde. 7 milliards, il n'y a pas de chômage - hein ! Vous allez donc passer votre temps à prendre l'autre en vous, spontanément, sans effort, quelques soient les activités qui vous occupent sur ce monde. Vous ramenez tout à l'Un. L'évidence. Nous sommes tous les uns dans les autres pour ne constituer qu'un seul être suprême. Peu importe comment vous le nommez. Ce n'est que douceur et volupté. 

 

Maintenant et surtout en cette fin des temps, nous assistons à un assaut de frères et de soeurs sur les réseaux sociaux qui ont vu la Lumière mais qui sont tellement dans la souffrance psychique, qu'il n'ont pas idée de ce qu'il ont en face d'eux. Ces êtres ne sont pas interessés par vos "belles paroles", ni même par vos vidéos pour certains. Ils ont soif d'amour ! Ils le voient mais leur âme crie au secours ! C'est dans cet appel au secours que la violence bat son plein. Ils sont tellement identifiés à leurs problèmes que même si vous êtes en face d'eux, ils vous insulteront, tout comme Jésus a été insulté et maltraité lorsqu'il donnait son amour à tous, lorsqu'il rappelait à tous qui ils étaient, dans son enfance et dans sa simplicité. 

 

Celui qui est dans l'Accueil (l'accueil inconditionnel) va donc assister en direct aux retournements de la conscience. J'ai décidé de faire silence en ce moment sur les réseaux sociaux, parce qu'à peine connectée, il y a une vague de frères et soeurs perdus dans le corps mental et émotionnel qui arrive en messagerie privée. Vous voyez une bête qui souffre ? Elle a très mal et elle crie. Elle agresse tellement elle souffre. Voilà ce qui se passe ici. Donc, j'ai passé des heures à vous écouter, comme une mère qui vient consoler. J'assiste à toutes sortes de scènes jusqu'à votre délivrance, mais je ne reste pas clouée devant un écran d'ordinateur. Cela, il vous faut l'accepter. Vous prendre dans mon coeur se passe de mots. Vous êtes tellement MAGNIFIQUES ! Il n'y a pas de mots pour définir ce que je vois. 

Cette nuit encore à 1h30 du matin, un frère perdu hurlait de colère (avec sa langue de venin) pour finir par me dire "Si tu savais comme j'aime pas être comme ça. Si tu savais comme c'est pas moi. Les gens sont méchants, j'ai grandi avec et je suis devenu comme eux - mais c'est pas moi - désolé - désolé de te renvoyer tout ça....". Ce frère voit qu'il est allé trop loin, mais il rebondit toujours tant que le coeur n'est pas devant. Ce sont des schyzophrènes en puissance dans leurs attitudes.  Leur langage est tellement déformé par les agressions quotidiennes qu'ils subissent, qu'ils finissent par devenir en total manque d'estime d'eux-même. Ils cherchent la femme, ils cherchent le Féminin qu'ils ont perdu et qui pourtant est bien en eux.  Ils vont donc vous renvoyer automatiquement leurs problèmes. Vous êtes la Perfection et le bouc et missaire en même temps. Alors à ces frères et soeurs, je leur demande, comment voulez-vous guérir si vous vous adressez à un être de Lumière, c'est à dire Vous,  avec la haine ? La haine n'a jamais était source de paix. Ce sont les deux facettes d'une même monnaie, certes, mais vous n'avez pas le choix à un moment donné que de vous calmer. Vous n'avez pas le choix que d'écouter en silence. C'est la seule façon de faire taire la cocotte minute, au moins pour un temps.

 

Vous avez pour nombreux l'automatisme de cracher sur Christ. Vous bannissez les religions. Christ n'est pas une religion, ni un dogme, ni un concept. C'est un état intérieur qui vous ouvre à la Liberté. Liberté, bien entendue, qui n'a rien à voir avec ce qui vous est connu en ce monde. Vivre Christ, c'est voir que l'autre, c'est vous. Il n'y a pas de distance. C'est le même amour et c'est ce même amour qui sous-tend les mondes, mondes par essence libres. 

 

Dans l'amour, il n'y a aucune revendication qui tienne. Il y a juste cette douceur omniprésente qui anime chacun d'entre-nous. C'est fluide, c'est léger. C'est la même pour tous. C'est voir qu'il n'y a que vous, malgré les apparences qui se tiennent devant vous. Il n'y a que l'Un. Ainsi, personne ne vous oblige à rester dans un environnement contraire à votre étique. Personne. Vous n'avez personne à rejeter car il n'y a que vous. Vous êtes ici, en totalité, les acteurs de votre vie. Et si vous cessez de jouer, et bien il ne reste qu'une chose, ça. Si vous vivez véritablement en Unité, alors toute votre vie est légère, parce que vous ne pouvez jamais vous opposer à ce qui vient vers vous, puisque c'est vous. Si vous êtes identifiés au personnage, et bien voyez ce qui se déroule dans vos vies. C'est simple. 

 

Le conflit est partout à la surface de ce monde. Voyez les politiques, voyez l'éducation, voyez les couples...Vous passez donc votre temps sur Terre à jongler entre ce que vous êtes et ce que vous n'êtes pas. Le Para-brahman est soumis aux humeurs de ce monde, même s'il n'est pas concerné par cela. 

 

Alors, si les mots de Bidi ne peuvent pas échouer, je dirais à mon tour que mon chant ne peut pas faillir. C'est cette force primordiale qui retourne tout, qui change tout. L'Amour ! 

 

Tous à l'Unisson ! 

 

Qui que tu sois, je t'aime mais n'en fais pas une histoire, parce que là où je t'emmène, il n'y a plus d'histoire, il y a juste Cela.  

 

BMB

 

 

 

 

 

 

 

 

 



16/06/2018

A découvrir aussi