LE SOLEIL APPELLE LE SOLEIL

LE SOLEIL APPELLE LE SOLEIL

Les transformations

 

 

Nous vivons ce retour à Nous-même de plus en plus intensément. Tout ce que nous avons construit ici, nous le décontruisons, tel un pull-over en laine qui se détricote à la vitesse grand V. Vous tirez sur un fil et tout va vite. Cela ne veut pas dire que nous laissons tout tomber, bien au contraire. Nous embrasons tout ce qui se présente sur l'écran de notre conscience. 

 

Bien sûr ceux qui vivent pleinement les expériences de l'âme ne peuvent pas comprendre ce qui est dit. Ce n'est pas vécu. Ce n'est pas le même plan de conscience, tout simplement. Mais arrivera un moment où ils verront car les expériences de vécues vont finir par vous montrer reéllement et concrètement qui vous êtes en Vérité. 

 

Ainsi, j'honore chacun de vous car je suis vous et vous êtes moi, à tous les niveaux. Nous ne sommes rien ici, c'est pour cela que nous sommes partout et en toute chose. Tous les êtres libres vous le disent, sans exception. Tous les libérés-vivants le vivent également ici parmi vous. 

 

Certains d'entre-vous vont même sentir physiquement pour la première fois, que le corps qui vous abrite n'est pas vous. Cela va être de plus en plus palpable. Il est juste un interface qui vous permet de marcher sur ce monde et de l'expérimenter au niveau sensoriel.  Cela peut ainsi vous faire bizarre de toucher cette peau, ces joues, ce front, ces yeux, ces membres...tout simplement parce que la Vérité de qui vous êtes émerge. 

 

Quelque soit l'état de ce corps, si malmené en vérité au sein de ce monde, la Béatitude devient votre nouveau véhicule. Ainsi la Vérité de qui vous êtes, de plus en plus palpable met naturellement fin à tout jeu. Cela vous le voyez également en messages pendant vos nuits. Certains se déplacent en êtreté et vont visiter des frères et des soeurs. Mais ils vivent également la libération de leurs chaînes qui leur reste sur ce plan physique et qui sont vues, d'autres encore vivent pendant leur nuit leur transformation en soleil qui symbolise simplement le relais sur Terre de leur corps de Gloire. Il y a tous les possibles. 

 

Alors une amie a fait deux rêves successifs très parlants que je vous partage, parce qu'ils vous montrent à quel point l'enfermement est subtil et à quel point le coeur chante la Liberté.

Dans ce premier rêve, un homme qu'elle ne connaît pas fait irruption dans sa vie. Il se tient là debout quand elle gare sa voiture sur le parking pour rentrer chez elle. C'est un jeune homme qui semble normal. Il lui explique en passant qu'il surveille le parking. Bref, elle n'en tient pas cas. Dans ce rêve, elle habite dans une maison, avec un étage. Elle vit au premier étage, le sous-sol étant un grand garage. Le jeune homme en question s'invite soudainement chez elle, en passant par la porte-fenêtre de la terrasse. Pris sur le fait accompli, l'amie est choquée et ne comprend pas une telle audace qui est une violation de domicile. Alors le jeune homme se rattrappe en lui offrant des présents, deux sortes de carillons avec des formes géométriques colorées, avec des messages inscrits dedans et différents matériaux rassemblés qui servaient de décorations. en lui expliquant qu'elle en a besoin et qu'elle pourra penser à lui à chaque fois. Il accroche lui-même les carillons au milieu de la lampe du salon. Cet homme est élancé, teint pâle, cheveux blonds en arrière et yeux gris clair. Il veut alors l'enlacer, la porter tout contre lui et lui faire l'amour, mais cette amie lui explique alors gentillement qu'elle ne souhaite pas ce genre de relation. Alors il fait demi-tour et se présente de nouveau à elle, nu comme un ver, avec la gaule. Il allait se précipiter sur elle quand soudain elle cria : "L'Amour, c'est la Liberté ! Ce n'est pas ce que tu me montres ! Va-t-en ! ", lui dit-elle de façon ferme et définitive. Stoppé dans son élan, elle le précipita vers une porte qui donnait vers son garage (cette amie précise que le garage était vide), le poussa dans les escaliers, puis ferma la porte à clefs derrière lui.  Elle se précipita alors sur toutes les fenêtres pour les fermer, ainsi que la porte d'entrée, pour s'assurer qu'il ne pourrait plus rentrer. Elle l'entendit alors hurler, comme un démon, puis elle se réveilla brusquement, choquée d'une telle altercation. 

 

Voilà ici la fermeté du Féminin sacré en action, même ici dans ce rêve, qui n'en ai pas vraiment un, puisque vous êtes partout. Il y a effectivement violation de domicile (votre maison, votre temple intérieur) à partir du moment où la relation n'est pas dans le coeur. Les portes fermées à clef de la maison signifie que l'illusion ne peut plus rentrer. Elle ne peut plus pénétrer votre temple. D'ailleurs, son message est très clair. On retrouve la douceur de Marie au départ, l'Accueil de cette conscience attirée par la Lumière, puis l'épée de Vérité qui vient frapper un grand coup afin de lui signifier que les manipulations quelconques, que les abus de pouvoir sont terminés. C'est l'Oeuvre de la Lumière ici-même sur ce monde. Donc, non seulement vos nuits vous montrent toutes les dissolutions en cours, mais elles sont simultanément vécues sur ce monde. Le beau jeune homme à l'allure angélique, qui se prend pour le gardien du parking (les voitures, ce sont vos véhicules qui vous permettent d'expérimenter les mondes denses), il s'agit du gardien du seuil, les cadeaux en guise d'appats avec les petits messages subliminaux, les désirs, quelqu'ils soient au final, vous montrent clairement ce qui tient l'humanité. C'est toutes les attractions de la matrice falsifiée qui sont contenues ici. Dans ce rêve, la personne gare son véhicule sur un parking. Elle le quitte pour rentrer à la maison (la Maison du Père). Donc, elle rentre chez elle, en Eternité. Cette maison semble bien éclairée avec ses fenêtres et ses portes-fenêtres. Celles-ci sont le symbole de la Vision. 

 

La Félicité, elle est bien au-delà du partage. Elle n'a pas besoin de compagnie, ni-même de relations sexuelles, voilà ce qui est indiqué dans ce rêve. L'amie en question montre ici qu'elle n'est plus attractée par l'âme. Elle précise aussi que son garage était vide. Il n'y avait donc aucun véhicule. La voiture symbolise votre propre véhicule de lumière.  S'il y en a plus, c'est l'Absolu.  Cette amie a donc basculé ici en Eternité et en ultra-temporalité. Elle n'est plus soumise à l'attraction de la matière, ni à l'attraction des mondes carbonés. Il y a donc une dissolution de l'âme en cours. D'ailleurs, la confrontation a lieu au premier étage de la maison, là où il y a l'Esprit. Yaldébaoth, il a attiré dans son monde l'âme en se servant de l'Esprit. Il ne crée rien, il s'approprie votre création et la manipule à sa guise, tant que vous lui portez crédit. Vous êtes des esprits pas si libres que ça - hein. Tout ce que vous créez ici au sein de ce monde ne sert à rien, si ce n'est à vous retourner. Donc, il n'existe aucun avenir au sein de ce monde, quoique la petite personne puisse en penser. Tout ne fait que passer. rien n'est réel. 

 

Dans ce rêve, il y a un véritable combat de forces opposées.  Un masculin dijoncté, séparé de la Source (un archonte) qui fait face au Féminin sacré. Le Féminin sacré renvoie ce masculin au Coeur. Elle lui montre que le désir et le besoin de posséder ne sont pas l'Amour. Elle finit par le mettre dehors, parce qu'en face, il y a une tête de caboche, un être littéralement hapé par les désirs de l'âme. C'est Micael en action également qui agit avec sa lame tranchante. Vous êtes l'Androgyne primordial. C'est ce que vous êtes ici sur ce monde. La Tri-Unité en action, Christ Micael/Marie. Bien entendu, cela ne vous empêche pas d'avoir une relation épanouie au sein de votre couple, par exemple, mais même cela, vous allez voir ce qui vous tient. 

 

Second rêve de la même nuit. Cette amie à une fille et celle-ci doit venir passer ses vacances scolaires de Noël avec elle, dans sa région. La garde avec le père est fixe. La fille appelle donc sa mère au téléphone pour lui annoncer qu'elle est arrivée avec son père et que tous deux l'attendent sur une plage. L'amie en question accompagnée d'une présence féminine, décident de les rejoindre. Elles arrivent sur la plage où il y avait quelques personnes mais ne les trouvent pas. L'amie appelle donc sa fille pour lui demander sa localisation. Sa fille lui indique qu'ils sont juste devant le bar de la plage. L'amie lui demande d'être plus précise dans ses explications, parce qu' il y a pleins de commerces devant la plage. Sa fille lui indique qu'elle ne peut pas louper le bar car il y a en son centre une très grosse orange en guise de décoration. La mère et son amie les retrouvent effectivement tout près de cet endroit, surprise de voir cette gigantesque orange, en passant devant le bar.  La fille saute dans les bras de sa mère. Toutes deux s'embrassent heureuses de se revoir. Elle voit le père de sa fille et l'embrasse également chaleureusement. Mais la chaleur n'est pas partagée, pas autant qu'avec son amie qui l'accompagne. La mère le remercie d'avoir accompagné leur fille jusqu'ici. Le père n'était pas vraiment joyeux de la voir. Il était même d'humeur électrique, irrité, certainement par la fatigue du voyage.  Elle regarda sa fille qui lui fit comprendre, par la pensée, qu'il était presque toujours comme ça. Il n'avait pas vraiment changé. La mère lui demanda de se calmer et que tout allait bien. Elle lui indiqua que s'énerver ne servait à rien, si ce n'est lui faire encore plus de mal. Puis elle se réveilla. 

 

Donc, la fille de l'amie en question, c'est son âme. Il semblerait qu'il n'y ait pas de problème de communication. La fille ((l'âme) retrouve sa mère (l'Esprit Saint, la douceur de Marie) avec le père géniteur sur la plage. Ici sur Terre, nous avons à faire au masculin falsifié. Et bien la plage et l'eau sont des éléments de dissolution en vue d'une libération. Comme l'indique le Commandeur des Anciens, nous sommes très nombreux à vivre cela en même temps. La fille et la mère sont heureuses de se retrouver. C'est l'âme qui se retourne vers l'Esprit. Le Père n'est pas réjoui de voir la mère, alors que la mère l'embrasse chaleureusement. Il y a eu un divorce, une rupture qui a fait que le père ici est en souffrance. Une souffrance que la mère voit et qu'elle tente d'apaiser. L'Esprit apaise l'âme. Le père ici est face à l'éternité. Il est irrité et électrique, il montre ses humeurs. Son âme est en souffrance, bien qu'il ait entendu l'Appel de l'Esprit. Ils se retrouvent tous les trois sur la plage. C'est lui qui a la garde principal de leur fille puisqu'il vient déposer l'enfant chez la mère pour les vacances scolaires de Noël. Il y a donc un petit bon de conscience dans le temps - hein - nous sommes au mois de novembre.

 

Autre détail important, il y a un bar avec une grosse orange au milieu en guise de décoration. Le bar, c'est un lieu de retrouvailles et de partages mais c'est aussi un lieu de commérages et d'addictions pour les abonnés. Il y a donc une grosse orange au milieu qui ne passe pas inaperçue. L'orange, c'est une sphère. Elle symbolise ici Nibiru. Donc, la fille, la mère et la compagne la voient mais ne s'y attardent pas. Elles sont surprises mais ne sont pas destabilisées pour autant par cette décoration. Et bien oui, ici, vous jouez encore sur une scène de théâtre. Nibiru vient mettre fin au théâtre. Elle signe votre libération totale. Elle sera semble-t-il visible dans le ciel, selon ce rêve, pendant vos fêtes de fin d'années. Vous la verrez de la couleur orange. Voilà, tout est vu ici. 

 

Maintenant, chacun vit ce qu'il a à vivre tranquillement, dans la constance et dans la détermination. Une fois que vous goûtez aux Mondes libres, vous n'avez plus envie de rester ici - hein - cela devient de plus en plus évident et de plus en plus palpable. Tout est fait ici pour vous encroûter dans des schèmes sociétal.  Une espèce de glue avec ses tentacules dans tous les secteurs de ce monde, que vous ne pouvez plus tolérer déjà pour certains. Que vous aimiez vos enfants, votre mari, votre femme ou autres, cela ne change rien pour celui qui est libéré-vivant. L'Amour rend libre. Il vous pousse à décortiquer tout ce à quoi vous êtes encore attachés et vous pousse simultanément en revêtir entièrement votre corps de Gloire. Comme je disais encore ce matin à certains, si vous perdez la joie et la béatitude dans votre quotidien, c'est qu'il existe encore une partie de vous soumise aux forces opposées à la Lumière. Vous allez voir que vos pseudos "obligations" sont le fruit de votre création. Votre travail, c'est vous qui l'avait créé de toute pièce. Vos besoins aussi. Votre famille aussi. Vous êtes des êtres de Lumière. Tout ce que vous pensez se manifeste. Il n'existe donc aucun boureau, aucune victime, juste vous dans le jeu. Alors, il y a forcément des jeux plus amusants que d'autres, n'est-ce pas. A partir du moment où la souffrance touche la "carcasse", comme je dis, c'est que vous avez touché le fond du bocal. Vous vous êtes égarés. 

 

C'est donc magnifique ce que nous vivons tous ici. Nous avons toutes les forces nécessaires pour nous sortir de l'enfer auquel nous avons adhéré. 

 

Bienvenue en l'Eternité.

 

BMB

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



19/11/2017

A découvrir aussi