LE SOLEIL APPELLE LE SOLEIL

LE SOLEIL APPELLE LE SOLEIL

Bien sûr que nous changeons de forme d'une dimension à une autre.

 

 

 

 

 

Comme dit Bidi, c'est le coeur du Coeur qui nous permet de changer de forme. Je me revois encore revêtir tout doucement cette forme, ce corps, il y a quelques années. Je n'étais que le Témoin de moi-même, une gigantesque lumière éclatante blanche. Je suis rentrée dans ce corps de chair par la tête.  Par deux fois, j'ai vécu le processus descendant.

 

Nous sommes juste cet amour incommensurable. Nous sommes amenés à le vivre pleinement ici dans la chair. A témoigner de cela. Au début, je pensais  que je fusionnais avec celle que nous appelons Marie, tellement la douceur et la joie étaient intenses et puis au fil du temps, j'ai vu que c'était tout simplement moi. Que cette douceur et cette joie devaient être totalement incarnées ici dans ce corps. 

 

Il m'est arrivé à maintes reprises de changer de forme, au moment de l'endormissement, et à voyager dans les dimensions et dans les univers. Je suis allée dans le soleil et j'ai rencontré ces entités qui à elles seules forment le soleil. J'ai pu également accompagner des météores dans l'espace froid de cet univers. Ce sont des consciences comme vous et moi, libres. J'ai pris la forme d'un bras de cette galaxie aussi. Je suis cela. Je voyais les sytèmes stellaires et solaires que je portais. Nous sommes tout cela en vérité. Nous sommes illimités. Je ne suis certainement pas la seule de l'espèce humaine à vivre cela. Je me demandais à chaque fois pourquoi je revenais sur Terre. Qu'est -ce qui faisait qu'à chaque fois, je revenais alors que de l'autre côté, c'était quelque chose de bien plus vivant et palpable.  Et bien j'ai fini par comprendre que tant que nous avons des attachements, nous sommes encore prisonniers de l'âme. Nous ne sommes pas encore tout à fait libres. A cette époque je jouissais littéralement de ma vie familiale et de tout ce que mon époux et moi-même avions construit ensemble. Je vivais déjà légère mais pas aussi légère qu'aujourd'hui. C'est plus intense maintenant. Cette intensité grandit de jour en jour pour laisser place à la vraie liberté. Or la Liberté n'a rien à voir avec les sentiments. Rien à voir. Ceux-là nous plombent ici. Vous allez le vivre un peu plus chaque jour.

 

Après ma rencontre avec BMB2 en 2010, Fils de Un, tout s'est accéléré. Nous voyions des êtres de lumière, avec des ailes,  tous les soirs au dessus de notre lit. C'était des formes plasmiques très brillantes qui dansaient et qui lorsque nous tentions de les toucher,  dégageaient une chaleur douce et parfois très intense au point de nous faire transpirer. On sentait leur feu. BMB2 était toujours très impressionnés de les voir. Et puis nous nous sommes retrouvés une nuit spontanément ensemble, sous une autre forme, deux flammes de feu bleu et blanc qui fusionnant dans une douce danse, prenait la forme d'un gigantesque oiseau de feu bleu et blanc. On a sû après que nous nous étions retrouvés en 18ème dimension. Dimension des Archanges. Au matin, nous étions tous deux béats. BMB2 me signalait simplement que cette nuit là, il avait regagné  sa dimension d'origine, qu'il était un gigantesque oiseau blanc bleuté et que nous avions fusionné. La journée, il nous arrivait souvent de cumuler altercation sur altercation. La vie nous montrait que ce que nous étions là haut, fallait le vivre en bas (en 3ème dimension). BMB2 était à cette époque pris dans ses traumas mémoriels avec les portails organiques et passait souvent à côté de l'essentiel. Cela créait souvent des frictions au niveau relationnel.  Nous avons également assisté ensemble à la visite de Végaliens au dessus d'un champ. Il y avait 3 navettes qui ont stationné durant 3 nuits à 1 km à vol d'oiseau de notre demeure. Au moment où je leur fis le salut du coeur, la dernière navette de présente fit un gros flash, en signe de reconnaissance, puis disparut soudainement. Nous étions émus et à la fois dans une grande joie. On savait quelque part que le grand travail avait commencé.

 

Notre première rencontre également avec Alta (JLA) était magnifique (vers 2013, il me semble). Mais au final, on a vu qu'on avait pas vraiment de choses à se dire. Il fallait juste, chacun de notre côté se dépouiller de tout ce qui nous retenait encore là, c'est tout. Laisser de côté toutes les histoires que nous avions eu ensemble sur Terre et qui remontent à des centaines de milliers d'années et pour certains, des millions d'années. Et bien oui, ici on est aussi une grande famille cosmique et galactique à nous retrouver. Mais on est juste là en vérité pour quitter cette forme, qui elle est maintenue dans les strates du bas astral. Nous ne l'emmenerons pas avec nous. On emmenera rien d'ailleurs. 

 

Donc, le plus grand des travails sur Terre est de recouvrer notre véritable nature, à savoir la Liberté. Ce qui nous maintient incarné en réalité sont nos propres insuffisances. L'ego ne pourra jamais accepté cela. Il ne comprend pas. On est tellement habitué ici à jouir d'une famille, des amis, d'un travail, de nos animaux de compagnie, à jouir encore de nos découvertes, de nos retrouvailles, de beaux vêtements, de bonnes nourritures, de nos rôles successifs, qu'on ne peut même pas appréhender une seule seconde qu'il y a quelque chose qui était déjà là bien avant tout ça. Seul le coeur nous montre la Voie. Il déblaie tout ce qui a devant nous pour ne laisser place qu'à la Vérité de qui nous sommes. Complétude. Infinitude. Immobilité. 

 

Ainsi, la vérité n'est pas compliquée. Tant que nous portons des sentiments pour quelque chose ou quelqu'un, nous projetons. Nous idéalisons l'amour. Nous sommes piégés par l'attraction de ce monde (matrice désaxée). Vous rencontrez un frère ou une soeur sur Terre qui vous plait et hop, les sentiments pour lui ou elle se font jour. Voilà, vous êtes déjà piégés. C'est le monde de l'âme. C'est le monde de l'expérience.

 

Lorsque je me suis retrouvée face à un être de lumière en 2007, là spontanément, dans ma merkaba, j'avais rien cherché à faire. La veille, j'avais fait la fête avec ma famille et mes amis sous notre toit. Mon époux et moi nous étions couchés comme tous les soirs, tranquilles, le sourire aux lèvres et détendus. C'est arrivé comme ça, spontanément. Face à cet être magnifique, y avait pas besoin de mots. J'ai même pas cherché à communiquer d'ailleurs. Puis d'autres êtres de lumière apparurent derrière lui, et sur les côtés. On se salua. J'ai sû bien plus tard qu'il s'agissait de l'Archange Raphaël. Sur le coup, je vis une magnifique forme humanoïde à polarité masculine, avec de grands yeux bleus vifs et une chevelure blonde dorée jusqu'au épaules. Celui qui l'a aussi rencontré s'appelle Armando de Melo. J'ignore qui il est lui aussi et ce n'est pas important. C'est un frère incarné qui a pu le peindre et ça c'est génial, parce que ce visage là, il est arrivé après dans ma vie, bien après ma rencontre avec cet être de lumière. Cet être de lumière me salua la main sur le coeur, en inclinant sa tête.  J'inclinai alors spontanément ma tête en guise de reconnaissance, c'est tout. Je ne le connaissais pas, mais je reconnaissais la Vérité.

 

Je ne pouvais pas me voir, y'avait juste un voile bleu royal qui flottait dans les airs sur le côté gauche. Je flottais, c'est certain. Cet être de lumière portait des bottes, il marchait sur un sol (était-ce dans un vaisseau ? ) Moi, non. J'ai déclenché ma Merkaba individuelle et il est arrivé en face de moi. Il m'est impossible de savoir comment j'ai fait. Comment j'ai pu me retrouver d'un seul coup dans une autre dimension. Je sais simplement qu'à mon endormissement, tout était doux et paisible juste avant le transfert. Il existe un mécanisme subtile qui provoque cela. Il découle de la Paix. Maintenant je le sais. Nous pouvons donc le faire à tout moment. Comme me disent les Archanges, cela ne dépend que de nous. Ils sont toujours heureux de nous rencontrer. Il n'existe aucune limite à cela. C'est nous qui nous mettons des limites, c'est pas pareil.

 

Il existe des expériences aussi, mais qui ne relèvent pas de l'êtreté, mais des sous-strates de l'astral. Un matin, par exemple, je me suis réveillée dans ma chambre mais elle n'était pas tout à fait comme d'habitude. Elle était éclairée d'une belle lumière. Il y avait un couvre lit avec des fleurs. La tapisserie était éclaircie.  Tout le mobilier était là mais il y avait juste cette lumière, différente et ces fleurs imprimées sur le couvre-lit. Une ambiance encore plus douce que d'habitude y régnait. J'ai regardé avec intensité cette "transformation" et puis j'ai fermé les yeux. Une fois ré-ouverts, ma chambre était la même que d'habitude. J'étais donc encore dans une troisième dimension mais un peu différente, c'est tout.

 

La même chose s'est produite lorsque j'avais été invitée pour un stage en Suisse allemande, en géobiologie. On avait insisté pour que je vienne malgré mes réticences. Le plus frappant des moments à été lorsque je me suis réveillée le premier matin dans une chambre à l'hôtel avec un mur blanc et un mur rouge. Là, j'étais pas vraiment détendue pour ce coup, parce que ce n'était pas la chambre dans laquelle je m'étais endormie la veille. Déjà que je n'avais pas vraiment appréciée de m'être retrouvée en réunion avec des guignols, l'envie de quitter ce lieu à toute vitesse m'avait gagnée dès le premier jour. J'ai vite refermé les yeux pour me réveiller dans mon vrai lit. Au matin, l'ambiance générale du collectif était apaisée. Les gens souriaient et riaient comme par magie. Chacun se demandait d'ailleurs ce qui arrivait. Marie était là. Elle enrobait tout le monde dans une grâce infinie, que nul ne pouvait voir mais que chacun vivait. Je suis donc restée jusqu'au bout de ce stage (1 semaine), parce que dans tous les cas, y avait rien à perdre et rien à gagner non plus. Juste laisser passer ce qui se déroulait, c'est tout. 

 

Alors bien sûr, il existe sur Terre des endroits privilégiés pour vivre les rencontres avec les peuples de la nature, par exemple. C'est beaucoup plus vivant que les stages ou les formations, n'est-ce pas. Vous avez plus de chance de voir passer une fée chez vous ou un lutin, si vous habitez à côté d'une forêt plutôt qu'en ville. C'est évident. En Bretagne, vous avez grande chance de rencontrer les peuples de la nature. Ils viennent à vous. Sur Trégastel, y a les gnomes, les lutins et les ondines. Y a aussi les fées - une est rentrée chez moi la première nuit de mon installation. Elles sont toutes petites et très joyeuses. Y a aussi les formes vaporeuses qui se déplacent et qui viennent ajuster ce qui doit l'être en vous. Je les vois tout le temps, par exemple. 

 

Alors pour en revenir avec cette rencontre avec l'Archange - bien entendue, je me suis retrouvée face à certains channels en France qui prenaient l'Archange Raphaël pour ma flamme jumelle. Et bien je peux vous dire qu'ici dans ce monde, on prend nos désirs pour la réalité.  J'ai entendu tous vos messages, ils sont dans mes journaux de bord d'ailleurs,  mais si vous relisez ce que vous avez canalisé, vous allez voir que ceux qui vous ont approché étaient eux-même piégés dans le monde de l'âme. J'ai senti la présence de nombreuses entités à mes côtés. J'ai senti leur amour mais j'ai également senti leurs attachements et leurs projections. Je les ai salué et les ai laissé passer.  Il fallait que je fasse cesser tout cela dans ma vie. Pour répondre à ceux qui se leurrent encore, l'Archange Raphaël, il en a rien à cirer des états d'âme. C'est un esprit libre et une vertu. Il va jamais vous parler des flammes jumelles, ni même parcourir l'univers pour aller la chercher. C'est l'Archange de la Guérison, celle qui participe à votre Retournement (et pas la guérison du corps). Ce délire, il appartient aux spirituels du new-age. Même en incarnation, la rencontre avec votre flamme jumelle est une projection de la conscience. L'Esprit ou l'étincelle de vie, c'est pas l'Absolu - hein - Cela crée un attachement de plus, sauf pour ceux qui sont libres. Ils laissent passer tout cela. Ils ne retiennent rien. 

 

Donc, non seulement y a pas de place pour les mots, mais y a absolument pas de place pour l'attraction ou la séduction. Cela n'a strictement rien à voir avec ce monde. C'est l'Amour, tout court. Là où il n'y a que douceur et félicité. Félicité qui ne dépend de personne, hein. Y a aucune condition pour vivre cela. Vous n'avez donc strictement pas besoin de partenaire pour vivre cela. D'ailleurs, même une relation aboutie ne pourra jamais vous faire vivre ce que vous êtes.  Vous n'êtes pas là pour aimer ou pour pas aimer. Vous êtes déjà l'Amour. Y a pas de condition à cela. Ce que vous appelez l'amour sur ce monde, au sein de la personne sera toujours de nature conditionnel. C'est pour cela que je crie de tout mon coeur que si nous sommes en chair, c'est parce que nous sommes attachés à quelque chose. Il faut juste le voir, c'est tout. Le jour où vous ne me verrez plus en chair, c'est que je serai partie - hein - définitivement. Mais vous suivrez tous, c'est sûr. La sortie,  elle est valable pour tout le monde. D'autres sont déjà partis et ils n'ont plus envie de revenir. Pourquoi faire. Ici c'est l'enfer. Ils le savent maintenant. Pendant votre séjour sur Terre, vous ne le savez pas vraiment, sauf ceux qui sont conscients. Ceux qui jouent de moins en moins, je dirais. Mais ceux-là, ils n'ont plus qu'une envie, c'est de se débarasser du sac de viande qui les maintiennent encore ici. Ils ascensionnent. 

 

Comme je disais à certains encore ce matin, on a plus rien à faire ici. C'est mort. Y a rien de vrai ici. Tout est fait pour vous accaparer la conscience et vous distribuer des rôles. Prenez vos occupations journalières pour un passe-temps mais n'en faites pas toute une histoire, parce que sinon vous allez cumuler les déceptions, ça sert à rien de vous faire plus de mal. On vous invite à faire un stage ou une formation, allez-y. Qu'est-ce que vous vous en fichez. Cela ne fait que passer. Aujourd'hui, y en a qui souffrent parce qu'ils se retrouvent à gérer pleins de choses en même temps et à supporter les humeurs et rythmes de travail de chacun...C'est simplement la lourdeur que vous vous êtes infligée. Vous avez choisi les responsabilités, la gouvernance, la couronne pour certains et bien pauvres de vous...Voyez, avec vos propres yeux que vous ne récoltez que la substance visqueuse qui jusqu'à présent vous faisait jouir (statut social, carrière, objectifs professionnels, reconnaissance des autres, vides à combler...). Une insuffisance de plus à voir, c'est tout, en toute humilité, en toute transparence. 

 

Moi j'ai honte d'être parmi vous, sur ce monde, parce que je sais que si je suis là, c'est parce que j'y crois encore (en corps). J'ai été prise au piège aussi ici. Tous ceux qui nous aident actuellement nous le disent. Que ce soit les Eléments, les êtres de la nature ou bien encore nos confrères cosmiques et intergalactiques... Y a plein de monde autour de nous. Même Andromérid, il nous le dit en privé. J'ai eu l'honneur de le rencontrer en êtreté, il y a quelques années, à bord de son vaisseau. Bien sûr, une tête de lion aux poils d'or, avec une combinaison bleu royal et des yeux intensément joyeux, c'est pas tous les jours qu'on rencontre cela, mais la Vérité et la Beauté de qui nous sommes est partagée. Là aussi, je ne savais pas son nom. J'avais juste capté ces derniers temps "Andromède", alors je me disais, tient, voilà que les Andromédiens veulent communiquer avec nous  - C'est sympa. Mais j'avais mal compris apparemment. Joie. Ils sont tous là à nous accueillir, avec élégance et Majesté. 

 

Cette nuit encore,  j'ai fait connaissance avec des êtres de l'eau. Ils étaient gigantesques ceux-là. J'ai même eu des frayeurs lorsque je l'ai ai vu soulever des masses d'eau. Je flottais en l'air, avec quelques frères et soeurs, et j'étais persuadée qu'on allait se prendre un tsunami sur la tête. J'ai alors appelé Micael pour lui dire que j'avais pas envie que ma forme se termine comme ça. Les êtres de l'eau, qui ressemblaient à des sortes de baleines se sont approchés avec délicatesse et nous ont emmené je ne sais où, au fond de l'eau qui donnait sur un autre monde d'air où la vie grouillait également et où tout était calme et tranquille. Et puis un être apparut au-dessus d'une colline,  le teint et les yeux clairs, habillé de blanc avec une grande chevelure blonde tenir une épée dans la main. Il y avait toute une armée derrière lui. Son regard était vif et à la fois doux. Il me montra de la pointe de son épée une ligne sur le sol qui allait être rompue. 

 

Je ne m'étais pas rendue compte que j'avais déjà revêtu mon corps d'êtreté. Je n'avais rien à craindre, même d'un tsunami. J'emportais avec moi seulement dans ce "rêve" encore des peurs qui n'appartiennent qu'à ce corps de chair. Ce sont toutes les habitudes que nous avons prises dans ce monde qui nous rendent peureux. On aura peur jusqu'à la fin, comme dit le Commandeur des Anciens, même en étant libres. La peur est inscrite au plus profond de cet ADN. C'est comme ça. 

 

Là, sur la peinture que je vous présente et qui remonte à 2007 environ, c'était aussi une rencontre merveilleuse avec un monde qu'on ne peut même pas appréhender.  C'est un univers de fées et d'entités très éthérées au corps de diamant et où les planètes sont or et transparentes. Je me souviens de la Joie, cette joie et cette liberté si intenses. Alors que je contemplais ce fabuleux spectacle, certaines entités m'approchèrent timidement. Elles étaient toutes rassemblées autour de ce "moi". Puis certaines se sont mises à danser et à virevolter dans tous les sens, presque au bord de l'excitation. J'avais l'air d'être une espèce nouvelle parmi elles. Elles tentaient de communiquer mais je ne pouvais pas répondre avec mon langage. Je ne pouvais pas non plus les toucher. Je communiais simplement en Présence. J'avais pas besoin de savoir ce qu'elles me disaient. Elles émettaient des sons. C'était comme si j'étais derrière une vitre à contempler tout cela. J'apparaissais spontanément dans un univers que je ne connaissais pas. C'était comme une sensation de retrouvailles avec ces êtres et à la fois de grande surprise. Je ne peux pas vraiment expliquer cela, mais cette rencontre reste gravée dans mon coeur. Une émotion me gagna et puis je me réveillai dans ce corps de chair. J'étais complètement émerveillée de ce que je venais de voir.  je me mis à peindre dans la journée ce que j'avais rencontré et le partageais avec ma famille et avec vous, dans mon journal de bord. 

 

Il ne tient qu'à nous en vérité d'être libre. 

 

Bien à vous tous et surtout, ne vous laissez plus séduire par quoique ce soit de ce monde. Ce monde n'a vraiment, mais réellement aucune consistance. Il est sombre, flasque et visqueux.

Vous pouvez apprécier la matière, bien entendu, mais ne vous y attachez pas. Cessez de rêver à un monde meilleur, à la paix où je ne sais quoi encore.  Vous créez un rêve dans le rêve. Cela sert à rien parce que vous restez enfermés. C'est une perte de temps. 

 

Y a juste la Joie et la Paix à vivre, celles qui ne dépendent de rien, ni de personne. 

 

Parce que c'est Vous. 

 

BMB

 

 

 

 

 

 



05/11/2017

A découvrir aussi