Les sentiments sont dissous par l'Amour - LE SOLEIL APPELLE LE SOLEIL

LE SOLEIL APPELLE LE SOLEIL

LE SOLEIL APPELLE LE SOLEIL

Les sentiments sont dissous par l'Amour

 

27 janvier 2017

 

 

 

Tant que toute votre vie est basée sur les sentiments, vous resterez dans ce que nous appelons l’amour sélectif. Quelqu’un qui est amoureux, il n’est pas amoureux de tout le monde, hein ? Y a rien d’inconditionnel là dedans. La Lumière vibrale vous permet de rompre à présent tout lien qui vous empêche d’être vous-même. Les sentiments sont comme les lianes du lierre qui viennent se greffer sur votre énergie vitale pour croître. Les sentiments prennent leurs racines en vous, dans l’espace que vous leur accordez et ensuite ces lianes suivent le mouvement de votre vortex, de votre puis de lumière pour s’enrouler tout autour de votre verticalité.

 

Alors ils viennent vous pomper, avec leur belle parure d’un beau vert éclatant persistant, jusqu’à ce que vous compreniez sa raison d’être, la raison de la présence de ce lierre. Pour certains, ils vont prendre cela comme leur partenaire ou leur voisin…alors je vous dis “attention aux projections”. Les liens, c’est ce qu’il y a entre vous. Ce n’est pas l’autre.

 

L’Amour n’a rien de sentimental. Il est Félicité. Il est Joie et légèreté. Il est au-delà de tout sentiment. C’est la Flamme qui nous relient tous en l’Un. C’est cette éternité que rien ni personne ne peut vous voler. Regardez un arbre maître, il n’a aucun liens autour de lui. Il est libre et il dégage une telle présence, une telle puissance que rien ne peut venir se greffer à ses racines. La Transparence vous pousse à voir cela, y compris dans la nature.

 

Le lierre a des millions d’années. Il était là avant l’Homme. Il n’est donc pas une plante à condamner mais une entité à accepter telle qu’elle est. Parce ce que derrière les apparences se cachent des vertus insoupçonnées. Les feuilles de lierre ont un pouvoir décongestionnant, par exemple. Elles libèrent le corps des inflammations (bronches, sciatique, rhumatismes, arthrose…), bien que dans un certain cas, elles soient à proscrire (jeunes enfants et femmes enceintes). Donc, y a personne en vérité qui vous intoxique. Y a juste les croyances que vous projetez sur les autres.

 

C’est de cela que vous êtes invités à vous défaire, tout simplement. Ce n’est pas en rejetant, ni en détruisant que vous allez vous débarrasser de ces liens, mais bien au contraire, en rendant grâce à ce qu’ils vous ont montré. Ces liens ou ces croyances ont des conditions de vie, tout comme vous. Eux, ont besoin de votre énergie vitale, tandis que votre verticalité non. Elle se nourrit d’elle-même. Elle est branchée sur les hauts plans de la Lumière, tout comme l’arbre. L’arbre, c’est votre colonne vertébrale. L’Onde de vie vous nourrit par les racines et la couronne est branchée sur le cosmos. Les racines, elles sont profondes dans la terre mais elles s’étalent également dans votre horizontalité, celle qui vous permet de marcher sur ce monde.

 

L’arbre et le lierre sont exactement à l’image du faux caducée de l’ordre médical occidental. Ainsi, vous n’êtes pas un arbre qui comme dans ce monde subit cette “alliance”, si je puis dire ainsi, parce qu’une fois que le lierre s’enroule autour de l’arbre, il grossit et les deux entités “vieillissent” ensemble. La majorité du temps, c’est l’arbre qui tombe, c’est pas le lierre. Ce que vous êtes est un pilier de lumière. Le lierre, lui, il continue sa route et prendra ses racines ailleurs. Tant qu’il y a de la nourriture, il est content. Le lierre, il se croit éternel. Il ne peut vivre que dans ce monde.

 

Dans les mondes libres, y a personne qui vient se greffer sur vous. C’est pas possible. Ici, vous vivez cette notion de sacrifice qui en vérité ne fait que vous libérer de cette carcasse, de ce corps que vous empruntez temporairement, tout comme l’arbre. Donc, vous voyez bien que la seule chose qui n’est pas éternelle, c’est la forme, avec toutes les croyances qu’elle contient. Vous avez la capacité de vous libérer à chaque instant de ces liens que vous avez entretenus. Cela ne veut pas dire qu’il faut vous séparer de ceux qui vous entourent, ça c’est l’idiotie de la personne. L’Amour est éternel. Il n’y a que les liens faux qui sautent. Il n’y a que les liens faux qui sont dissous pour ne laisser place qu’aux vrais. Ceux qui vous relient à l’Eternel.

 

L’étoile Ma Ananda Moyi exprime clairement dans l’un de ses messages cette notion de sentiments qu’il vous appartient de dépasser. Ils font partie des jeux de l’âme. C’est le plan de l’expérience. Sur Terre, nous avons spontanément des échanges basés sur la tendresse. Vous voyez des couples vieillirent ensemble dans cette danse. C’est toujours le plan de l’âme, mais une âme vivifiée et fortifiée par l’expérience. Ces âmes peuvent terminer leur vie ensemble, d’un commun accord. Vous vous prenez dans les bras mutuellement, c’est aussi l’expression de votre magnétisme, de la chaleur de votre coeur. Tout cela est important pour chacun ici. Tout cela est baume et nourriture pour l’âme. C’est comme les bras de certains ou de certaines, ils sont apaisants, mais l’être n’est pas forcément libre pour autant. Les calins, par exemple, n’ont rien à voir avec les sentiments. Vous pouvez très bien caresser un chat ou un chien sans but. Cela est spontané. Cela relève de votre nature. La douceur, elle fait partie de votre nature véritable. C’est la douceur de la Mère céleste. C’est comme à travers un chant, c’est l’expression densifiée de la Félicité. Un animal, lorsqu’il vient tout près de vous, c’est pour “partager”. Un enfant que vous prenez dans vos bras, c’est pareil. Il est comme vous. Maintenant, quand les sentiments se mêlent à cela, comme entre frères et soeurs, c’est votre affaire…c’est pas celle de l’Esprit. L’Esprit, il n’est pas dupe. Il voit tout. Donc, vous ne pouvez pas continuer à vous mentir à vous-même.

 

Le Feu de l’Amour révèle. Il vous restitue à votre véritable nature. Il est don. Ainsi, il est naturel que nombreux d’entre-vous ne ressentent plus vraiment le besoin de manger, par exemple, surtout ces derniers temps. Vous commencez à vous alimenter par ce que vous êtes en Vérité.

 

Nombreux enfants naissent depuis 20 ans avec des capacités naturelles de moindres ingurgitations alimentaires. Ce sont des esprits libres. Vous ne pouvez donc pas les forcer à prendre vos habitudes. Elles sont erronées. Il est donc naturel que la prédation cesse à un moment donné. Elle cessera à tous les niveaux à un moment, dans tous les cas. Ainsi l’Absolu que vous êtes vous montre clairement que tout ce qui se déroule dans votre vie, c’est vous qui le manifestez à travers ce corps. La joie comme la non joie. Vous voyez bien qu’il n’y a rien à exclure, qu’il n’y a rien à arrêter surtout. Il y a juste à voir pour vous ce qui est le plus confortable. Continuer d’entretenir l’illusion ou être vous-même, à chaque instant.

 

La respiration, c’est une nourriture céleste. On y retrouve les éléments et l’éther primordial. Le soleil, c’est aussi une nourriture céleste. Ce sont vos cellules. Le chant des oiseaux, tout comme votre chant à vous, tout cela est Manne. Tout cela est baume pour vos cellules. La manne, c’est la nourriture céleste. Tout est en vous. Tout sort de vous. Si chanter vous nourrit alors chantez. Si écouter de la belle musique vos nourrit aussi, alors ne vous en privez pas. Si respirer les parfums de la nature vous nourrit, alors profitez-en, ils sont là à profusion, pour vous. Il est bien connu que l’Amour comble tous les besoins, mais le vivre complètement en est tout autrement. C’est du vécu de chaque seconde. Cela ne vous empêche pas de manger. Seulement vous allez finir par manger autrement. Vous allez être rapidement comblés par quelques bouchées. Le Feu de la Félicité vous remplit de plus en plus au fur et à mesure que vous lui laissez de l’espace. Au fur et à mesure que vous acceptez de vous en remettre qu’à Vous-même en vérité. Donc, si vous avez mal dans votre corps après un repas ou le lendemain au lever, c’est que vous mangez trop. Tout simplement. Votre corps vous montre de plus en plus qu’il a de moins en moins de besoins à ce niveau là. Encore faut-il que vous l’écoutiez. Dans tous les cas, vous ne pouvez vivre pleinement la Vérité de qui vous êtes tant qu’une partie infime de vous-même nage à contre-courant.

 

Voilà ce que j’avais à vous dire pour aujourd’hui.

 

Je marche sur ce monde, avec vous.

 

BMB

 



09/07/2017

A découvrir aussi